En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts.

Sitemap index. Comment l’optimiser pour son référencement ?

Photo de guillaume-giraudet

Guillaume Giraudet-Bacchiolelli

Publié le 13 octobre 2020 dans la catégorie Conseils SEO / Aucun commentaire

Sitemap SEO pour Google

Les sitemaps sont des éléments importants pour le moteur car ils permettent aux robots de voir un maximum de liens sur le site. Et même des liens profonds difficilement accessibles.
La bonne question à se poser, c'est "Comment bien le construire pour une lecture facilité des chiffres". On vous dit tout sur le sitemap index !

Pourquoi utiliser des fichiers sitemap pour son site ?

Le sitemap est un sujet au premier abord plutôt simple.

Ce que l’on en sait :

  • c’est un fichier important pour que toutes les URL soient correctement vues par Google. En effet, il est facile de passer à côté de certains contenus si l’arborescence est trop profonde ou bien que les pages sont trop lentes à charger.  ;
  • le sitemap est utile pour le SEO d’un site multi-lingue afin d’afficher les URL des pages de votre site dans les autres langues ;
  • la Google Search Console lui fait la part belle. En effet, vous aurez tous les chiffres dont vous avez besoin dans le nouveau Rapport de la Search Console sur les sitemaps.

Le sitemap doit-il toujours être écrit au format XML ?

C’est la première question à laquelle nous souhaitons répondre, car nous avons vu des réponses assez hallucinantes sur des sites / blogs / forums SEO.

En effet, il semblerait qu’il faille écrire son sitemap au format XML.

Google est d’ailleurs assez clair dans son aide sur les sitemap, nous avons bien plusieurs formats proposés : XML / RSS, mRSS et Atom 1.0 / Texte / Google Sites.

Il est toutefois important de noter que la version XML est intéressante car elle permet vraiment d’afficher un maximum d’informations complémentaires et que la documentation de Google est plutôt tournée vers ce format. Maintenant un petit fichier texte fonctionnera aussi bien.

Comment organiser son fichier sitemap ?

Option 1 : le sitemap simple : rapide mais moins facile à analyser

Dès lors, il est logique et rapide de se dire que l’on va créer un fichier avec l’ensemble des URL.
C’est effectivement une solution, mais qui n’est pas celle que l’on conseillerai.

En effet, comment savoir quelles URL exactes sont prises en compte ? Quelles sont celles qui ne sont pas indexées ? Comment les distinguer ?
Trop de questions pour que cette solution soit la plus efficace. En revanche, elle a le mérite d’être très rapide à mettre en place.

Option 2 : le sitemap index : complexe mais qui permet une analyse SEO plus fine

 

Ce type de sitemap est trop complexe à réaliser a la main.

En effet, il faut passer par la mise en place de sitemap index.

Ces sitemaps vous nous servir à scinder nos templates de pages et ainsi déterminer quels sont ceux qui sont les mieux indexés par Google.

Comment construire ses fichiers sitemaps ?

Construction du fichier sitemap index

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
   <sitemapindex xmlns="http://www.sitemaps.org/schemas/sitemap/0.9">
   <sitemap>
      <loc>http://www.exemple.com/sitemap1.xml.gz</loc>
   </sitemap>
   <sitemap>
      <loc>http://www.exemple.com/sitemap2.xml.gz</loc>
   </sitemap>
   </sitemapindex>

Important : l’index doit contenir ses fichiers enfants, compressés au format GZIP.

Construction du fichier sitemap enfant

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<urlset xmlns="http://www.sitemaps.org/schemas/sitemap/0.9"
        xmlns:image="http://www.google.com/schemas/sitemap-image/1.1">
  <url>
    <loc>http://example.com/sample.html</loc>
    <image:image>
      <image:loc>http://example.com/image-1.jpg</image:loc>
    </image:image>
    <image:image>
      <image:loc>http://example.com/photo-2.jpg</image:loc>
    </image:image>
  </url> 
</urlset>

Important : nous vous conseillons d’ajouter les images dans ce sitemap. Et donc autant de lignes d’images qu’il y en a sur votre page.

Que doit contenir le fichier sitemap index ?

Tout dépend de votre stratégie.
L’intérêt réside surtout dans la segmentation de vos contenus par template.

Les sitemap index pour des sites médias / presse

Il est courant de voir des segmentations de sitemap par semaine / ou par mois en fonction du nombre de vos publications.
Pour que cela ait du sens, il faut au minimum disposer de 100 URL par fichier sitemap enfant.

Vous pouvez en plus afficher une segmentation par univers afin d’avoir encore plus de lecture de chiffres.

Les sitemap index pour les sites e-commerce

Du côté des sites e-commerce, le rubricage par catégories au niveau des index est intéressant et ensuite de créer des sitemaps enfants par sous-rubriques.

Les sitemap index pour les sites institutionnels / corporate

Il est ici intéressant de segmenter vos univers principaux, expertises ou encore pages d’actualités. Vous pourrez ainsi tirer le maximum de cette recommandation.

 

Comment lire ses chiffres de façon efficace ?

C’est là toute la finalité. Il y a beaucoup d’outils avec lesquels nous pouvons lire ces chiffres (en particulier payants), mais le plus simple et le plus rapide est d’utiliser la Google Search Console.

Lecture de vos datas via la Search Console

Il faut se rendre dans la vue Index > Sitemaps. Ici vous aurez tout un pannel d’informations clés.

Voir les sitemaps dans la Google Search Console

 

Ici, nous pouvons voir tout l’intérêt de la segmentation dans la dernière colonne « URL découverte ». À droite des datas se trouve un picto avec un diagramme et en cliquant dessus, nous retrouvons toutes les informations dont nous avons besoin pour savoir si les URL de nos sitemaps sont bien indexées ou non.

Détecter les URL non indexées via la Google Search Console

 

Comme nous pouvons le voir dans cette image, nous retrouvons ainsi les URL exclues spécifiquement pour ce sitemap.

Nous pouvons donc creuser l’analyse sur ces URL et dégager ainsi des tendances sur les problèmes de prise en compte de certains répertoires.

Cette mise en place est extrêmement intéressante lorsqu’il s’agit d’effectuer un plan de redirection lors d’une migration. Vous pourrez ainsi savoir quelles sont les URL qui ne sont d’ores et déjà pas prises en compte par Google et creuser pourquoi.

Les actions qui en découlent sont propres à chaque site, mais avec cette mise en place, vous aurez déjà de la matière pour enquêter !

Aucun commentaire, participez à la discussion !

Laisser un commentaire